Les chemins qu’emprunte Camille Rocailleux sont forcément transversaux, aventureux et semés d’imprévus. La musique, son premier langage, lui est depuis toujours un moyen de s’ouvrir les portes d’univers singuliers, d’aller vers l’autre, de créer un mode d’expression scénique où l’imbrication du corps et de la musique donne sensYannick Jaulin est le premier à lui faire confiance, pour une collaboration qui depuis n’a jamais cessé. Cet été, le conteur poète lui confie la création musicale de son nouveau spectacle au prochain festival Le Nombril du monde.

Bounce! sera au Théâtre national de Chaillot à Paris en janvier 2019

UN THÉÂTRE MUSICAL ENGAGÉ

Percussionniste formé au CNSMD de Lyon, pianiste, compositeur et metteur en scène, il est associé durant quinze ans à toutes les créations de la compagnie lyonnaise Arcosm, nationale depuis 2016, dont il est cofondateur avec le chorégraphe Thomas Guerry. Leur premier spectacle révèle d’emblée un style unique enchevêtrant danse, musique, chant et lumière, qui les propulse dans la dynamique du succès. Neuf spectacles à ce jour, programmés dans le monde entier. Après avoir été accueilli par l’Amphithéâtre Bastille, Bounce! passera par l’Autriche, l’Allemagne et Le Caire en 2018 avant de s’installer au Théâtre national de Chaillot à Paris, en janvier 2019.


Malgré la reconnaissance de ce travail à quatre mains, Camille Rocailleux ressent le besoin de reprendre sa liberté pour défendre ses convictions plus personnelles d’un spectacle vivant. Il crée sa compagnie, E.V.E.R. (Eyes. Voices. Ears. Rhythm.), qui devient l’interprète privilégiée de sa manière d’être au monde – consciente et engagée, toujours poétique et créative. Le texte et la vidéo s’invitent sur la scène de son théâtre musical, dont la configuration est tenue par des musiciens et comédiens fidèles et polyvalents. Depuis 2013, quatre spectacles ont vu le jour, dont Muances, le dernier-né – présenté au Théâtre Dunois à Paris du 30 janvier au 4 février prochains –, un « concert augmenté » dont il signe la conception et la musique, en collaboration avec le vidéaste Benjamin Nesme et les musiciens Mathieu Ben Hassen et Bertrand Blessing. Dans Muances, l’individu est replacé au centre : la parole est donnée à ceux qui, reconnus ou anonymes, utilisent Internet pour dessiner les contours de la société de demain, proposer des projets alternatifs, partager des idées innovantes.

Muances au Théâtre Dunois à Paris du 30 janvier au 4 février 2018

UN AUTRE REGARD SUR LE THÉÂTRE

La pratique musicale élargie a conduit assez naturellement Camille Rocailleux à la mise en scène. D’ailleurs, le Théâtre de Sartrouville, pour la dixième édition des Odyssées en Yvelines, lui commande un spectacle destiné aux 9-12 ans amené à tourner sur le territoire yvelinois. Ainsi naît Hic et Nunc – présenté pour la première fois le 16 janvier prochain à Rambouillet avant d’être donné dans plusieurs villes du département jusqu’au 17 mars et de poursuivre une tournée nationale en 2018-2019 –, un conte initiatique moderne voltairien-rocailleux tenu en équilibre sur texte, musique, voix lyrique, beatbox et bruitages. Pour cette première, Camille Rocailleux s’attribue le concours d’Estelle Savasta pour le texte, du comédien Élie Triffault, dont le savoir-faire en vidéo sert également le spectacle de façon poétique et ludique, et de la chanteuse lyrique et comédienne Pauline Larivière.


Artiste associé depuis trois saisons à la Comédie Poitou-Charentes, Camille Rocailleux aborde également volontiers des univers différents de ceux de ses propres spectacles. Pour Ella, d’Herbert Achternbusch, il est sur scène face à la comédienne Clotilde Mollet, rôle muet s’exprimant par la musique. La pièce est mise en scène par Yves Beaunesne, peaufinée en résidence au Théâtre Malakoff du 22 janvier au 9 février, créée à La Coursive de La Rochelle le 26 février 2018, puis donnée en mars à Sainte, à Angoulême et à Poitiers.


Et comme Camille Rocailleux n’est jamais à cours ni d’énergie ni de curiosité, il travaille aussi en studio pour le cinéma. Il a entre autres conçu la bande son du dernier film de Gaël Morel, Prendre le large, avec Sandrine Bonnaire, sorti en novembre 2017.

Ella d’Herbert Achternbusch

Ella d’Herbert Achternbusch – Création à La Coursive de La Rochelle le 26 février 2018

Janvier 2018 – par Claire Boisteau