Vous l’aviez vu venir, celle-là, car impossible de ne pas de se frotter à l’interaction lorsqu’on parle social networks ! Partage, échange, relation, peu importe comment on l’appelle : l’essence même d’une communication réussie repose sur sa réciprocité. Prêts ?

Si vous avez, dans l’ordre :

  • Choisi les réseaux sociaux qui vous vont bien au teint (et calculé le temps et l’énergie que chacun d’entre eux vos demandera, car oui, ça prend du temps !)
  • Défini une stratégie de contenu qui correspond à votre silhouette (car l’habit fait souvent le moine)
  • Considéré l’idée de faire appel à un community manager pour gérer vos garde-robes (comprenez : vos profils sociaux, car on aime beaucoup les métaphores)…

… Alors il ne vous reste plus qu’à mettre tout en œuvre pour fédérer une communauté autour d’un ton et d’un contenu choisis, originaux et qualitatifs. On sait pourtant que faire la différence n’est pas toujours facile. Alors, qu’est-ce qui fait le succès de certains et le bad buzz d’autres, nous demanderez-vous ? Mais l’interaction, pardi !

Créer du contenu c’est bien, créer de l’interaction c’est mieux, car elle est le but ultime de tout réseau social. Une conversation, ça se fait à deux, et sur le web, c’est comme dans la vraie vie. La tentation est forte de parler de vous et de vos (indéniables) qualités, mais ceux qui suivent vos périples s’attendent à quelques attentions tout de même : ne les négligez pas, au risque de tomber dans le monologue !

Si les tâches telles que modérer les commentaires, répondre aux messages, titiller la foule ou risquer votre vie pour prendre un selfie (réussi) ne vous enchantent pas, il serait peut-être judicieux de s’entourer de quelques professionnels choisis : un community manager pour mettre en place votre planning éditorial, mais aussi un concepteur-rédacteur pour les posts accrocheurs, un photographe pour les beaux clichés…

Que cela représente un vrai investissement sur le long terme est certain. Mais alors, comment savoir si ça vaut le coup ? Nous avons tous fait un peu le deuil de l’époque où les réseaux sociaux n’étaient qu’un jeu d’enfants… pas vrai ? Si, au moment de leur création, des plates-formes comme FacebookTwitter ou Instagram attiraient un public de proximité, assoiffé de spontanéité, c’est moins le cas aujourd’hui, car les plates-formes sociales se professionnalisent, se marketisent et se monétisent. Elles peuvent faire marcher les engrenages d’un vrai business ou rendre célèbre un artiste dans le monde entier. Il suffit de savoir qu’en 2018 il existe des médias qui choisissent Facebook comme seul et unique canal de communication pour vite comprendre l’ampleur du phénomène !

Dans ce contexte, miser sur les bons collaborateurs n’est-ce pas faire preuve d’une grande clairvoyance ? 😉